Le tatouage féminin au début du XXème siècle


39 photographies de tatouages féminins entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle.

Par Matteo rubboli le 24 janv. 2019, pour Vanilla Magazine

L'art du tatouage est une coutume ancienne, qui trouve ses racines dans l'Egypte ancienne et se propage ensuite dans la Rome antique comme une marque (esclaves et condamnés étaient tatoués). L'empereur Constantin, en 325, interdit de tatouer le visage, tandis qu'en 787 le pape Hadrien a définitivement interdit toute forme de marque du corps, créé parfait par Dieu.

Les tatouages n'ont pas disparu, bien sûr, mais ils sont devenus beaucoup moins fréquents et seulement utilisés dans les classes inférieures de la population. En 1876, en Italie, Lombroso  a défini le tatouage comme une dégénérescence morale innée du délinquant, et ce qui était un symbole, souvent utilisé par les marins, a été identifié par l'élite sociale comme un signe clair de la criminalité.

Certains artistes, cependant, ont commencé leur propre travail de tatoueurs dès la fin du 19ème siècle dans les pays anglo-saxons, et de là la mode des tatouages s'est répandue dans le monde entier. En Italie et les pays latins, on  devra attendre les années 1970/1980 pour parler de manie réelle, et aujourd'hui l'habitude de marquer la peau est devenue complètement débarrassée du rôle social.

Ici, vous pouvez trouver quelques-unes des premières femmes tatouées de l'ère moderne, dans plusieurs clichés réalisés entre fin 1800 et début 1900. Autant de témoignages de femmes qui, grâce à ces dessins sur leur corps, ont affirmé à la société leur droit de décider de manière autonome, sans contraintes extérieures. Ce n'était pas qu'une petite passade mémorable...


Quelques unes des photos


Voir l'article original et la galerie


Article traduit de l'italien à l'aide de Google Traduction


#TatouageFemme #TatouageFéminin #TatouageOldSchool #PhotoAncienneTatouage #FemmeTatouée #SalonTatouageParis13 #VanillaMagazine #MaudWaugner #TatoueurParis